Tube-Tech HLT 2A dans Sono Mag

Interviewé par Sono Mag à l’occasion du banc d’essai, John G Petersen, le père des machines Tube-Tech, raconte la genèse du HLT 2A, qui mélange filtres passifs et actifs, et explique le fonctionnement du filtre à inclinaison, dit « filtre T », qui fait toute l’originalité de la machine. Avec cet arsenal d’outils, le HLT 2A est censé s’acquitter facilement de tous les travaux d’égalisation, à l’exception des traitements sur des bandes de très fréquences étroites. C’est ce que Fabrice Chantôme a voulu vérifier pour Sono Mag.

Tube-Tech HLT 2A - Sono Mag

Mixage

Il a d’abord fait passer le Tube-Tech HLT 2A à l’épreuve du mixage, dans une production pop rock où la machine a été insérée dans les bus (batterie, basse, guitare acoustique, guitares électriques) :

« L’association des différents types de filtres est incroyablement versatile alors que les commandes sont limitées en nombre et simples d’emploi. Parfois, un simple rééquilibrage par le « T-filter » suffit pour obtenir le son recherché ce qui a été le cas sur les guitares solo !
Le musicien a préféré « sans savoir qui était qui » la version égalisée par le HLT 2A à la version purement informatique qui sonnait pourtant fort bien. Ces commentaires ont été :  »le son est plus vivant, plus organique, moins baveux aussi… On a enlevé le superflu pour aller droit à l’essentiel ! » »

Mastering

Le Tube-Tech HLT 2A est ensuite passé au révélateur du mastering, discipline pour laquelle une version dédiée avec boutons crantés verra le jour prochainement :

« Prenons un titre de pure House music « fait à la maison » dans des conditions de monitoring sans doute… hasardeuses. Le mix est clairement mal timbré avec un excès d’aigus dont une pointe quasi insupportable vers 12 kHz et un grave ultra léger ce qui est gênant pour ce style en particulier.
C’est vraiment le cas où le concept de l’original « T-filter » révèle tout son potentiel : un +3/-4 en faveur des graves axé sur 2 kHz a fait l’essentiel du travail. Le « low shelve » redonne de quoi faire frémir les subwoofers et c’est parti pour le dancefloor ! […]
Quoi qu’il en soit, le HLT 2A a fait des merveilles aussi bien sur du « Death metal » que sur de l’Electronica sous influence de Jean- Michel Jarre. A chaque fois les guitares sonnaient plus musclées, les synthés virtuels et les boites à rythmes gagnaient en texture, donc en caractère et en âme ! »

Conclusion

Pour finir, Fabrice Chantôme souligne que John G Petersen a atteint les buts qu’il s’était fixés en développant le HLT 2A :

« Si l’on excepte les cas de « chirurgie fréquentielle » où il faut supprimer une fréquence très précise sans dommages collatéraux, le HLT 2A s’avère extrêmement versatile. En mixage il pourra sauver une prise de voix médiocre en récupérant présence et brillance sans agressivité. Le chant trouvera alors sa place dans un mix et jaillira sans peine avec ce facteur magique des électroniques à lampes Tube-Tech que même les plugins officiels validés par la marque ne font qu’approcher. »

Retrouvez le banc d’essai entier dans le numéro 415 de Sono Mag ou directement en ligne.